( 10 octobre, 2012 )

Du réalisme à l’impressionisme

Avec l’invention de la photographie en 1827, la peinture qui consistait essentiellement à créer une image ressemblant à la réalité se trouve un concurrent. Les peintres se devaient donc d’inventer une nouvelle vision du monde et des choses à représenter.

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, de jeunes peintres parisiens influencés notamment par le réalisme des œuvres de Gustave Courbet  ne sont plus intéressés par les grandes batailles du passé ou les scènes de la Bible. Ces peintres qui se voulaient en partie réalistes, choisissent leurs sujets dans les paysages ou dans la vie contemporaine, dans un quotidien  qu’ils interprètent librement selon leur vision personnelle. Du réalisme à l'impressionisme dans sujets realisme-impressionnismeCes artistes privilégient les couleurs vives, les jeux de lumière. Soudés par les critiques parfois très violentes subies par leurs œuvres, ainsi que par les refus successifs du Salon de Paris, institution majeure de la peinture de l’époque, ces jeunes artistes commencent à se regrouper pour peindre et discuter.

Ce mouvement artistique , notamment caractérisé par une tendance à noter les impressions fugitives, la mobilité des paysages, plutôt que l’aspect stable et conceptuel des choses, et à les reporter directement sur la toile est ce qu’on appelle l’impressionnisme .

 L’impressionnisme,  mouvement pictural français né de l’association de quelques artistes, connait donc des débuts difficiles et un parfum de scandale flotte longtemps sur ses œuvres en dépit de huit expositions publiques à Paris. Il marque la rupture de l’art moderne avec l’académisme et a eu une grande influence sur l’art de cette époque, puisqu’il touche aussi la littérature et la musique

Publié dans sujets par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Du réalisme à l’impressionisme ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|